bandeau_haut

<< Analyses & études

25/11/2009

La parentalité en Europe - Analyse séquentielle

Analyse séquentielle des trajectoires d’entrée dans l’âge adulte à partir de l’Enquête sociale européenne


Extrait de l’avant propos :
« Réalisée par une équipe de Sciences Po (Centre des données socio- politiques, Centre de recherche politique de Sciences Po, Centre d’Etudes Européennes), cette recherche intitulée « La parentalité en Europe : analyse séquentielle des trajectoires d’entrée dans l’âge adulte à partir de l’Enquête sociale européenne » se fonde sur une exploitation des données de la troisième vague de l’« Enquête Sociale Européenne » (ESS).
La recherche s’intéresse à la comparaison du passage à l’âge adulte dans IMG/gif/Parentalite_Europe.gif vingt pays européens. A partir de cinq indicateurs - âge de la décohabitation du foyer familial, du premier emploi, de la première mise en couple, du premier mariage et du premier enfant –, observés rétrospectivement pour la population âgée de 35 ans et plus, l’étude dresse une typologie des trajectoires de vie marquant l’entrée dans la vie adulte. _ En considérant chaque parcours comme une séquence, les méthodes d’appariement optimal, mobilisées dans cette recherche, permettent de dépasser l’étude des transitions entre deux états pour considérer la trajectoire dans sa globalité et son unité, c’est-à-dire pour décrire la jeunesse comme un processus.
Cette étude ne s’intéresse par ailleurs pas seulement à la jeunesse à partir d’une analyse de comportements mais cherche également à explorer les représentations et les normes sociales des âges de la vie, mettant ainsi en regard les définitions objectives et subjectives du passage à l’âge adulte. Quatorze parcours de vie initiaux sont statistiquement identifiés. Ils peuvent conceptuellement être regroupés en quatre modèles de parcours d’entrée dans la vie adulte plus ou moins typiques selon les pays  : le modèle « familial », le modèle « indépendant », les parcours « précoces » et « intermédiaires ».
Le croisement des pays et des générations montre des récurrences. Ces modèles semblent suivre un cycle : les générations les plus anciennes se caractérisent par un modèle privilégiant la famille avec une parentalité plutôt jeune, les générations du baby-boom connaissent un modèle marqué par la précocité des événements, les générations les plus jeunes montrent une tendance vers un modèle individualisé, le projet familial et l’arrivée du premier enfant intervenant à l’issue d’un processus long de formation et de stabilité d’emploi vécu, selon les pays, seul, en couple ou chez ses parents.
Ce cycle en trois étapes décrit parfaitement l’histoire du passage à l’âge adulte en France, en Belgique, en Allemagne, en Autriche et en Grande-Bretagne. Mais il n’est pas entièrement partagé par tous les pays. Les pays scandinaves sont caractérisés par une tradition d’individualisation des parcours puisque les générations les plus anciennes ne présentent pas de modèle familial. Les pays du sud de l’Europe n’ont pas connu le modèle précoce, et semblent passer directement du modèle familial au modèle indépendant marqué notamment par l’âge tardif au premier enfant et l’absence d’enfant à 35 ans. »


Source (téléchargeable infra) Dossier d’étude CNAF n° 122 novembre 2009 - .
Par : Flora Chanvril – Anne-Sophie Cousteaux Viviane Le Hay – Laurent Lesnard Chloé Méchinaud – Nicolas Sauger
Sciences Po (Cevipof – Cdsp – Cevipof – Osc & Cdsp – Cee – Cee)

(PDF - 1.4 Mo)


Descripteurs