bandeau_haut

<< Analyses & études

1er/05/1998

Vie quotidienne des familles

la vie quotidienne des familles


IMG/jpg/Nuages.jpg

On entend trop souvent dire que si notre société fonctionne mal. Si les comportements déviants de certains jeunes mettent en péril la cohésion sociale, c’est parce que les familles ne jouent plus leur rôle :
- Elles éduqueraient moins bien,
- Elles ne transmettraient plus de valeurs, etc... Au nom de cela, et pour des effets médiatiques, vite éteints, on entend des déclarations péremptoires de tel ou tel politique :
- « Supprimons les allocations familiales aux familles défaillantes »
- « mettons en prison les parents des délinquants, etc... »
Trop souvent également devant le simple travail éducatif, certains professionnels n’auraient comme recours que les services de police ou de justice.
Pour ma part, parce que je dirige un établissement d’enfants handicapés depuis plus de 20 ans, adjointe à la mairie de Clermont-Ferrand depuis 15 ans, je ne m’inscris pas dans cette façonde penser.
J’ai en effet trop souvent entendu les réelles difficultés que vivent certaines familles. Les jeunes ne trouvent pas d’emploi et ne quittent donc pas la maison, où les conflits surgissent. Certaines allocations familiales supprimées à l’âge normal, mettent en péril les budgetsfamiliaux.
Les effets des ruptures, séparations, divorces, violence, se font ressentir pendant des années, aussi bien sur les femmes, les hommes et les enfants. Je pense que les parents restent les acteurs principaux pour la construction du lien social, mais qu’ils ne sont pas les seuls acteurs de l’éducation (...)


Rapport présenté par Mme Michèle André en Mai 1998, pour la Conférence de la famille consultable infra.

(PDF - 544.3 ko)