bandeau_haut

<< Analyses & études

5/10/2006

L’enfant et l’adolescent : un enjeu de société, une priorité du système de santé

Les progrès des sciences et des techniques, la qualité des méthodes de prévention, du dépistage précoce et du traitement de nombreuses pathologies contribuent au bon état de santé physique de l’enfant et de l’adolescent.
Cette bonne santé peut n’être qu’apparente, si les déterminants sociaux, et notamment éducatifs et familiaux, ne sont pas suffisamment pris en compte dans une politique de prise en charge globale, tant sur le plan collectif qu’individuel.
L’Etat et les collectivités territoriales se sont engagés dans de multiples plans et programmes dont on ne peut qu’approuver la richesse et l’adéquation avec les besoins, dans le domaine de la santé publique, de l’organisation des soins et des problèmes sociaux. De très nombreux rapports ont alimenté la réflexion dans tous les domaines concernés afin de fixer des axes prioritaires et de déterminer des stratégies d’actions et d’évaluation. Il persiste cependant de nombreuses interrogations sur leur mise en œuvre pour les raisons suivantes :
- des problèmes de démographie des professions de santé ;
- des programmes ciblés sur des thématiques « verticales », manquant parfois de précisions sur leur faisabilité (quels acteurs ? quels outils ? quel financement ?) et sur leur évaluation ;
- des plans et des programmes « transversaux » incluant à la fois les adultes et les enfants, ce qui peut rendre difficile la lecture précise de la place de l’enfant et de l’adolescent ;
- des acteurs multiples relevant de plusieurs ministères et/ou autorités institutionnelles locales, dont les périmètres de mission devraient être mieux définis ;
- un cloisonnement entre les Institutions, ainsi qu’entre les professionnels sanitaires et sociaux ;
- une culture insuffisante du partage des compétences et des savoirs.
Ainsi, il apparaît nécessaire de mener une réflexion combinant une vision à la fois verticale et transversale des thématiques contribuant au développement de l’enfant de sa conception à l’âge adulte, le long d’un parcours « normal » ou pathologique.
Celui-ci est assuré par des professionnels formés et complémentaires, impliqués dans la santé publique, les soins, la formation et la recherche, soucieux du respect des droits de l’enfant et de sa famille dans une société en mutation.
Cette réflexion est l’objet de la mission qui nous a été confiée par le ministre de la santé sur l’amélioration de la santé de l’enfant et de l’adolescent.
Ses objectifs principaux sont de proposer des orientations pour améliorer dans notre pays la prise en charge globale de la santé de l’enfant et de l’adolescent, tout en clarifiant le rôle respectif et la coordination de l’ensemble des acteurs
Les champs concernés couvrent la prévention, les dépistages et la promotion de la santé ; les situations de vulnérabilité liées à l’âge, à certaines pathologies, à l’environnement ; les missions, la formation et l’analyse des difficultés rencontrées par les acteurs ; les problèmes d’organisation et les orientations de la recherche.

Méthodologie

Nous nous sommes appuyés sur les textes réglementaires, les rapports, les auditions de tous ceux qui sont concernés par la santé de l’enfant au niveau de l’Etat, des institutions indépendantes, des sociétés savantes, des collectivités territoriales, du Conseil National de l’Ordre des Médecins, des milieux associatifs. Leur liste exhaustive figure dans l’annexe n° x, suivie de celle de tous ceux qui ont répondu à nos demandes d’avis et/ou de contribution (Annexe n° x). En raison de l’ampleur du champ couvert par notre lettre de mission, nous avons volontairement ciblé notre présentation sur les problèmes de santé publique dominés par la prévention et certaines situations de vulnérabilité, en tentant d’analyser les lacunes organisationnelles, leurs conséquences et des pistes de réflexion. Ce rapport n’est pas un traité de médecine, qui aurait dû alors émaner d’experts de chaque sujet traité. Il tente de démontrer, sans prétendre à l’exhaustivité, qu’une vision globale de la santé de l’enfant et de l’adolescent, issue d’une expérience de terrain est indispensable aux décideurs pour leur permettre d’intégrer sur le plan national et au niveau local les avancées et les points faibles et reconsidérer les réponses aux besoins de l’enfant et de son environnement sous l’angle d’une vision à long terme. N’oublions pas que la politique de santé de l’enfant et de l’adolescent concerne le quart de la population et conditionne en partie les pathologies sanitaires et sociales coûteuses de l’adulte.
Ce rapport de mission comporte cinq parties :
- un rappel synthétique du contexte actuel ;
- l’analyse des besoins de santé de l’enfant et de l’adolescent ;
- l’organisation de la prise en charge globale fondée sur :
- la description verticale des missions, de la formation et des problèmes auxquels sont confrontés les acteurs et les structures ; − l’analyse transversale des difficultés qui leur sont communes et susceptibles d’être corrigées.
- le développement de la recherche ;
- les propositions d’amélioration du système de santé de l’enfant et de l’adolescent. Les enjeux sont les suivants :
- développer une politique globale de prévention et de formation de la santé, pour limiter les inégalités ;
- prêter une attention particulière aux situations de vulnérabilité ;
- mener une réflexion sur les missions respectives des professionnels de santé et leur formation ;
- proposer une meilleure coordination des intervenants au niveau national et régional en tenant compte des problèmes démographiques ;
- soutenir le développement de la recherche dans le domaine biomédical et celui des sciences humaines et sociales ;
- intégrer l’éthique dans l’ensemble de la démarche proposée.


Document intégral (601 pages) téléchargeable infra ainsi que ses annexes (350 pages).

(PDF - 15.9 ko)
(PDF - 8.4 Mo)
(PDF - 8.9 Mo)