bandeau_haut

<< Expériences & outils

1er/10/2001

La révolution de la petite enfance

"(...) C’est une révolution formidable et qui n’en est qu’à ses débuts. Celle de la connaissance de la petite enfance, dès avant la naissance et IMG/gif/rubon11366.gif jusqu’aux premières années de la vie. Années décisives, qui constituent en soi une révolution dans le développement de l’être humain comme aucune autre période de la vie ne le sera jamais plus. Années encore trop souvent négligées et sous-estimées par les pouvoirs publics au regard de leur enjeu individuel et collectif.
L’UNICEF, dans son rapport annuel paru en décembre 2000, appelait les pays du monde entier à « investir » dans la petite enfance, dans ces trois premières années capitales où l’enfant développe notamment ses capacités à penser, parler, apprendre, raisonner, mais aussi construit sa santé et son rapport aux autres. Un « investissement rentable » qui plus est puisque, selon l’UNICEF, un dollar dépensé pour la petite enfance permet d’en économiser sept plus tard. Longtemps considéré plus ou moins comme un simple tube digestif, l’enfant n’ayant pas encore accédé au language s’est vu et se voit encore souvent dénier le statut d’être humain à part entière avec les égard que cela suppose. Aujourd’hui, grâce à l’explosion des recherches dans tous les domaines - de la psychologie à la neurologie en passant par la néonatalogie -, on ne devrait plus pouvoir ignorer que « le bébé est une personne » pour reprendre le titre d’un documentaire qui a marqué pour le grand public français un tournant dans la reconnaissance de l’enfant comme sujet à respecter dès sont plus jeune âge. Les découvertes des trois dernières décennies ont ouvert des perspectives insoupçonnées sur la nature des tout-petits et sur l’importance de ces premiers mois, de ces premières années, remettant en question un long passé de pratiques médicales, sociales et parentales fondées sur le pouvoir de l’adulte sur l’enfant. Etre sensible, extrêmement réceptif à son environnement, être de relations et de communication, capable d’apprentissage dès sa gestation. Ce dossier présente quelques domaines où la France a non seulement contribué à faire progresser la connaissance et la compréhension des tout-petits, mais aussi lancé des initiatives originales dans l’approche pratique du respect de leur dignité et de leurs besoins, à travers de grands entretiens et les contributions d’experts de renom sur les compétences du foetus, l’accueil des prématurés et des nouveaux-nés, l’écoute psychanalytique des bébés, la garde collective des tout-petits, le traitement de la douleur à l’hôpital, le droit à la culture, ou la lutte contre les violence. Pour qu’après celle des connaissances, la révolution des mentalités et des comportements des adultes à l’égard des tout-petits puisse avoir lieu (...)"


Article extrait du n°43 (3e trimestre 2001) de Label France, publication du Ministère des affaires etrangeres consultable sur son site.http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/fr...  [1]

Sommaire du N° 43 de Label France : IMG/gif/rubon11366.gif

- Editorial Lire
- L’éducation des humains commence très tot Lire
- L’échographie : un rituel d’initiation à la parentalité Lire
- Que savent les foetus ?Lire
- L’heritage de Françoise Dolto : L’enfant est une personneLire
- A l’écoute des nouveau-nésLire
- Pour une naissance heureuse Lire
- L’institut de la puériculture de Paris : Une structure au service de la vie Lire
- Le droit au rêve , même à l’hôpital Lire
- Des livres et des bébés Lire
- "La crèche est adaptée aux tout-petits" Lire
- Soulager la douleur à l’hôpital Lire
- Derriere les barreaux Lire
- La révolution des mentalités doit encore avoir lieu Lire
- "Il faut adapter le droit de la famille à l’évolution des moeurs Lire
- Pour en savoir plus Lire

Notes

[1] Les articles publiés dans le magazine « Label France » et les idées qui peuvent s’y exprimer n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs et ne représentent pas une position officielle du ministère des Affaires étrangères. La reprise des articles dans la presse est libre de droits, sous mention « Label France » et nom de l’auteur.