bandeau_haut

<< Analyses & études

1er/03/2001

Le contrôle parental du risque de délinquance juvénile

L’actualité sociale et politique des années quatre-vingt-dix a vu se développer le thème de la “ démission parentale ” face à la délinquance juvénile. Ce second article (voir Recherches et Prévisions, 2000, n° 61) vise à clarifier le rôle de la famille dans la genèse et l’enracinement de la délinquance. S’appuyant sur le dépouillement des recherches empiriques menées ces quinze dernières années, l’auteur estime que, sauf dans une minorité de cas liés à une reproduction intergénérationnelle de la violence (ou de pratiques délinquantes) et caractérisés souvent par des manifestations infantiles précoces, la famille ne joue pas un rôle direct dans l’apparition de la délinquance. La plupart du temps, la délinquance apparaît à la préadolescence ou à l’adolescence, en liaison avec un contexte psychosocial spécifique (la relégation sociale et spatiale, la marginalisation scolaire, la perception du racisme), et sous l’influence directe des groupes de pairs. Dans cette situation, face au risque de renforcement de la délinquance, la famille joue un rôle de prévention et de contrôle. Toutefois, il arrive que les parents – notamment le père – ne soient pas en mesure de jouer efficacement ce rôle en raison d’une situation de précarité économique et de repli social qui dégrade l’ensemble des relations familiales et discrédite le discours normatif des parents (...)

Source : publication CNAF - Revue recherches et prévisions n° 63

IMG/jpg/papillon.jpg

Texte intégral téléchargeable infra.

(PDF - 81.6 ko)


Descripteurs